Da'Norris Searcy Womens Jersey SUREXPLOITATION DES PETITS PÉLAGIQUES: Les acteurs de la pêche attirent l’attention des Sénégalais, grands consommateurs de poissons – voxsn

SUREXPLOITATION DES PETITS PÉLAGIQUES: Les acteurs de la pêche attirent l’attention des Sénégalais, grands consommateurs de poissons

Les petits pélagiques sont menacés de disparition au Sénégal compte tenu de leur surexploitation d’après le secrétaire exécutif de l’Association Ouest Africaine pour le Développement de la Pêche Artisanale (ADEPA), Moussa Mbengue. Il s’exprimait en marge d’une conférence de presse organisée à l’initiative de la coalition nationale de plaidoyer, sous l’impulsion de l’ADEPA et avec l’appui de PRCM, dans le cadre du projet MAVA. Il attire ainsi l’attention des Sénégalais qui sont de grands consommateurs de poissons surtout les sardinelles (yaboye, en wolof).  

 

En marge de la célébration de la journée mondiale de l’Océan,  les organisations professionnelles de la pêche artisanale et industrielle et les réseaux nationaux de gouvernance des pêches (le CONIPAS, le REFEPAS, le RNCLPAS, le RNGIEIS, le GAIPES et L’UPAMES)  ont fait un plaidoyer  en faveur des petits  pélagiques, menacés de disparitions à cause de leur surexploitation.

« La problématique de la gestion des petits pélagiques est porteuse de défis et d’enjeux environnementaux et socioéconomiques au Sénégal où le secteur de la pêche est stratégique. Les débarquements s’élèvent à 516.220 tonnes en volume pour une valeur commerciale de 231,36 milliards de francs cfa. La pêche artisanale a assuré 78,37% soit 394 036 tonnes de ce tonnage.  Les petits pélagiques représentent plus de 70% des débarquements toutes espèces confondus » a déclaré  Moussa Mbengue, le Secrétaire Exécutif de l’ADEPA.

Il ajoute que « néanmoins  les évaluations scientifiques confirment que certaines  principales espèces de petits pélagiques se trouvent dans un état de pleine exploitation voire même de la surexploitation ».

Selon lui cette situation est consécutive à une surcapacité de pêche, des pratiques de pêches irresponsables, la pêche INN ainsi que d’autres menaces graves. Cette situation est aggravée par un déficit de transparence dans la gestion des petits pélagiques et la gouvernance des pêches en général »

Sous ce rapport, l’amélioration de la transparence constitue une condition préalable à une bonne gouvernance du secteur des pêches. Elle contribue à la durabilité des ressources marines et côtières, à la stabilité sociale et répond à une obligation de rendre compte, a fait savoir le directeur exécutif de l’ADEPA.

« Même si des efforts sont constatés dans la gouvernance des pêches et notamment en matière de cogestion, il est important de reconnaitre des insuffisances, et des situations qui limitent la transparence dans la gouvernance des pêches en général et de la gestion des petits pélagiques en particulier ; ce qui compromet l’accès des acteurs du secteur de la pêche et même du grand public à une information utile, disponible, accessible, compréhensible et crédible » a-t-il notamment dit ce samedi lors de la célébration de la Journée Mondiale des Océans.

L’objectif de cette rencontre est , d’après les organisateurs, de sensibiliser les représentants des professionnels de la pêche artisanale et de la société civile sur les enjeux et l’importance de la transparence dans la gouvernance   des pêches  et la gestion des petits pélagiques ; mais aussi d’attirer l’attention desmédias sur les problèmes majeurs et les attentes des acteurs de la pêche en lien avec la transparence dans la gouvernance des pêches  et la gestion des petits pélagiques au Sénégal.

Sadio FATY 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *