Da'Norris Searcy Womens Jersey KHAILFA SALL ET KARIM WADE: Les absents les plus présents au dialogue national – voxsn

KHAILFA SALL ET KARIM WADE: Les absents les plus présents au dialogue national

Khalifa Sall et Karim Wade ont été les absents les plus présents au dialogue national, ce mardi. En effet, les différents orateurs qui se sont succédé au présidium ont tous plaidé en faveur des deux responsables politiques précités.

En effet, c’est l’actuel maire de Dakar, Sokham El Wardini, qui a ouvert le bal, à la fin de son speech. Le successeur de Khalifa Sall a demandé à Macky Sall d’élargir l’ancien maire de Dakar pour lui  permettre  de  retrouver sa mère « d’un âge avancé », son épouse et ses enfants.

Une préoccupation  qu’elle partage avec  le coordinateur du Front de résistance nationale (Frn).  Mamadou Diop Decroix souligne ainsi  le séjour prolongé de Khalifa Sall en prison, tout comme l’exil prolongé de Karim Wade, loin de sa famille et leur éviction de la dernière Présidentielle, alors qu’ils sont, d’après ses propos,  réputés représentatifs, à côté d’une vingtaine d’autres candidats recalés sur des bases non démocratiques. Ce qui, à ses yeux, représente des facteurs substantiels de persistance de la crise de confiance entre pouvoir et opposition.

L’ancienne présidente du groupe parlementaire des libéraux, Aida Mbodj, souhaite  que des points comme le retour de Karim Wade, la libération de Khalifa Sall soient au menu des discussions.

Au même moment, Omar Sarr rappelle que le dialogue de 2016 avait abouti à la libération de Karim Wade. ‘’Nous souhaitons que celui de 2019 aboutisse à la libération de Khalifa Sall et le retour de Karim Wade au bercail’’, a soutenu le secrétaire général adjoint du Parti démocratique Sénégal (Pds).

Suite à ces interpellations, le Président de la République, Macky Sall, a précisé qu’il est impossible pour l’Etat et le pouvoir qu’il incarne de s’immiscer dans le travail de la justice.

«Madame le maire je comprends vos préoccupations pour Khalifa Sall qui est un frère à qui je souhaite du bien. Mais l’indépendance de la justice nous interdit de nous immiscer dans son travail. Les seules prérogatives qui s’offrent à l’Etat dans ce cadre sont la grâce ou l’Amnesty qui ne sont possibles que seulement après épuisement des voies de recours», a déclaré le chef de l’Etat lors de la cérémonie de lancement du dialogue national, hier.

Sadio FATY

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *